jeudi 27 mars 2008

Le post qui parle de la Poste

Ce "post" traite de la Poste – Ha, ha ! Si je ris, c'est d'aise autant que pour le calembour (facile, j'en conviens). Page 20 de son numéro de ce matin, Libé titre « la Poste en parfaite santé ». Tiens, tiens ! Il y a peu, on nous annonçait la mort programmé du dinosaure ex-monopolistique, sur fond de concurrence, de régression drastique du trafic des lettres, remplacées par les SMS et les courriels, d'abandon du maillage territorial, à la grande satisfaction des poujadistes de tout poil. Modestement, j'avais tenté de défendre la Poste dans un article déjà ancien du 20 janvier 2007, intitulé La Poste, c'est moderne.

Les nouvelles sont bonnes, en effet :
Un chiffre d'affaires en hausse de 3%, dépassant les 20 milliards, dont plus de la moitié pour le courrier. Alors que l'opérateur lui-même tablait sur une baisse de 10% du courrier entre 2003 et 2006, elle s'est limitée à 1,5%, soit une quasi-stabilité. Les colis, quant à eux, enregistrent +7% de croissance en un an. Et si c'était vrai, que le commerce en ligne développait le trafic postal ? À virtuel, virtuel et demi !
Le Régulateur de la concurrence est "presque désespéré" indique Libé : la concurrence tarde à se manifester, et le seul opérateur privé de courrier a "jeté l'éponge" récemment. Mais ce Régulateur a aussi contraint notre Poste à mettre de l'eau dans son vin sur les colis (la suppression des Coliéco avait en effet accru excessivement le prix des envois d'objets, menaçant le commerce d'occasion en ligne).

Nouveauté appréciable pour ceux qui vendent des livres ou des DVD sur des sites comme PriceMinister ou e-Bay, la Poste propose depuis peu des enveloppes prépayées cartonnées acceptant un contenu jusqu'à un kilo, sous la seule condition que son épaisseur ne dépasse pas les 2 centimètres. Ces lettres dites Max Prioritaire, sont vendues par exemple 3,15 € en format CD et 4,15 € en format DVD (19,2 cm sur 13,7 cm, de quoi emballer aussi un livre). Des tarifs moins onéreux que les anciens, qui plus est pour les professionnels qui récupèrent la TVA (contrairement aux affranchissements à l'unité, les emballages prépayés autorisent cette récupération).

Partenariats avec le commerce en ligne
Qu'on me permette d'aller plus loin, et de suggérer à Priceminister et à la Poste de s'allier pour proposer un emballage spécial pour les livres de poche, que leur faible valeur empêche souvent de vendre en ligne, en imaginant – pourquoi pas ? – une enveloppe transparente prépayée réservée aux envois de livres de poche grâce à un bordereau imprimable depuis le site Web de commerce électronique. La contrepartie de ces contraintes, en particulier l'absence de confidentialité permettant le contrôle du contenu, serait un prix notablement réduit… À bons entendeurs, salut (amical) !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire