lundi 24 mars 2008

22 mars… 1968

Ce 22 mars, outre un anniversaire "privé" ne regardant pas la foule considérable (!) qui consulte ce blog, était aussi l'anniversaire du mouvement qui déclencha les événements de Mai-68, dont on parle beaucoup ces jours-ci : 40 ans !

À cette époque, j'avais dix ans, et je dois dire que j'avais apprécié les vacances impromptues offertes par la fermeture du collège où j'étais en classe de sixième. Mai-68 m'avait pas mal impressionné, des copains de classe ayant raconté comment ils s'étaient trouvés au milieu des barricades en tentant de se rendre à l'école. Les grèves, surtout, les queues devant les banques – où les clients tentaient d'aller retirer des espèces – les caddies du Prisunic que certains avaient remplis de bouteilles d'huile et de boîtes de sucres en morceaux, l'absence de transports, les ordures (et les rats) dans les rues, mon père qui devait parlementer longuement avec des piquets de grève pour entrer dans les bureaux du Crédit Lyonnais, où il se rendait à pied, le personnage du Général de Gaulle, une fois encore présenté comme un "sauveur" en dépit de ses hésitations et de son incompréhension manifestes de ce qui se déroulait alors…

En mai 68, je venais de créer les éditions AO, des initiales de mon grand-père maternel (André Odemard). Un rêve d'enfant qui, peu à peu, prenait corps. Parmi les publications de cette toute nouvelle maison d'éditions, deux petits carnets Oxford, que j'avais remplis d'une sorte de journal des "événements", textes spontanés emplis d'une grande naïveté… Vous en trouverez la teneur sur le site www.ao-editions.com à cette adresse.

Mais le mieux, pour prendre connaissance rapidement et néanmoins avec précision de cette période courte et pourtant décisive, est encore de lire l'ouvrage de Patrick Rotman, Mai 68 raconté à ceux qui ne l'ont pas vécu. Bref, intelligent, subtil et honnête, ce petit livre mérite le détour, loin des clichés – de tous bords – que l'on entend encore aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire